Éducation thérapeutique du patient quézako ? Partie 2

Depuis 2 mois, je suis la formation en éducation thérapeutique du patient de l’Institut National de Kinésithérapie de Delplanque et Bouric. Cet article est la 2ème partie du résumé de la 2ème session. Si vous voulez lire le début c’est ici :

Éducation thérapeutique du patient quézako ? Partie 1

3. Qu’est-ce-que la pensée complexe?

  • La 2ème journée commence par cette question (qui semble vraiment incongru à 9H du mat’ le samedi…) : qu’est-ce-que la pensée complexe ? Le but de cette question est de nous amener à l’évaluation de ce que le patient a appris dans le cadre de l’éducation thérapeutique. La pensée complexe s’organise en 4 principes :
  • la récursivité organisationnelle ou l’effet boomerang : le résultat du processus a un effet sur le début même du processus.
  • l’effet dialogique : penser le noir implique de penser le blanc
  • le principe hologrammatique : le tout est dans la partie, la partie dans le tout. Ex : la cellule est dans le corps, le corps ds la cellule
  • l’imprévisibilité : on ne peut pas tout prévoir donc il vaut mieux être dans la stratégie que ds le programme.

Ce n’est pas l’objet qui est complexe mais le regard porté dessus.

4. Quel est le but de l’évaluation ?

Dans le triptyque d’Ardoino : l’agent exécute ce qu’on lui dit, l’acteur n’écrit pas la partition mais la joue, l’auteur l’écrit. Le but de l’ETP est au minimum que le patient devienne acteur et non plus agent, et si possible qu’il devienne auteur !

5. Quels sont les modèles de pensées ?

  • le déterminisme : la succession de chaque événement est déterminée par le principe de causalité, le passé et les lois de la physique.
  • le fonctionnalisme : le comportement adopté dépend de la fonction recherchée
  • la systémie : les pensées d’un individu dépendent de son histoire, de son environnement et de sa famille
  • la pensée complexe

6. Quels sont les registres de pensées ?

  • la pensée humaniste : respecter soi-même et l’autre
  • la pensée magique : pour la sécurisation
  • la pensée par objectif : pour l’efficacité
  • la pensée managériale : pour la motivation et l’autonomie
  • la pensée par projet : pour le changement

L’intérêt de connaître les registres de pensées est de mieux comprendre comment raisonne votre patient et donc de lui transmettre les informations dans le registre qui lui parlera le plus dans le cadre de l’éducation thérapeutique.
Les pensées construisent des modèles d’évaluation qui s’inscrivent dans une vision du monde entre paradigme mécaniciste (lien de cause à effet) vs holistique (global).

7. Qu’est-ce-que l’évaluation ?

L’évaluation est l’interprétation de la mesure pour lui donner du sens en fonction du contexte.
Elle doit être continue ! Et elle concerne le patient, son entourage, les professionnels de santé et les institutions. Bien sur l’évaluation ne sera pas la même selon à qui elle est destinée.
La mesure doit répondre à des critères de qualité : fiable, reproductible, reconnu, simple, disponible, valide, sensible, spécifique.

L’évaluation gestion

L’exemple en kiné : quand on apprend à un patient à utiliser son tens

L’évaluation questionnement


L’erreur prend de la valeur, elle ne doit plus disparaître mais être utilisée pour construire du sens.
Deux logiques d’évaluation :

  • logique de contrôle
  • logique de questionnement = logique du reste

La régulation complexe articule la logique de contrôle et celle du questionnement où le formateur devient un passeur. Dans ce modèle la norme et la croyance du patient st au même niveau et… c’est difficile pour un professionnel de santé d’admettre que la norme, ce qu’il sait est au même niveau que ce que le patient croit.
L’autocontrôle nécessite de respecter la parole et l’action du patient.
Le but final de toute évaluation est l’autonomie grâce à l’auto-contrôle et à l’auto-questionnement.

Voilà… J’espère que ce résumé de la formation d’éducation thérapeutique du patient ne vous aura pas semblé trop difficile et qu’il pourra vous servir. La dernière session de formation aura lieu le 22 et 23 avril et vous pourrez à nouveau la suivre en livetweet avec le #etp. Bien sur ce n’est que ce que j’en ai compris, rien ne remplacera la formation en direct avec Gaëlle Bouric et Dominique Delplanque (que je remercie chaudement au passage pour leur capacité à faire passer la théorie pour qu’elle soit utile en pratique !).
J’ai commencé dès le lundi à essayer de modifier ma manière d’interagir avec mes patients quand je veux transmettre quelque chose et j’ai eu l’impression d’être plus claire. Je trouve que cette formation en éducation thérapeutique est beaucoup plus globale que “juste” de la prévention et remet en cause des comportements de praticien que l’on a mis en place au hasard parce que face au patient il faut bien trouver un moyen de faire et que à l’école on n’aborde jamais ce sujet… Je ne sais pas si cela va me permettre d’être une meilleure professionnelle de santé mais en tout cas j’ai moins l’impression d’y aller « au pif » et j’espère réussir à être plus au niveau de mes patients.
Si vous aussi vous utilisez l’éducation thérapeutique du patient ou si simplement cela fait écho à des situations que vous connaissez, n’hésitez pas à me les faire partager !

Pour continuer à réfléchir :

https://www.lecokon.fr/kine/fibromyalgie-et-kine-faire-equipe-avec-son-patient-sinon-rien/ : un article plus ancien où j’insiste sur l’alliance thérapeutique

Le blog d’une patiente avec un DU en éducation thérapeutique

Un mémoire d’un kiné sur la lombalgie

Une bibliographie recommandée par Dominique Delplanque : http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001177/117740fo.pdf

Cet article a 3 commentaires

Laisser un commentaire